En novembre dernier, j’ai assisté à une une conférence organisée par l’agence Noor, sur les violences faites aux femmes : “In Conversation – Nina Berman & Lizzie Sadin”, à l’atelier néerlandais.

J’avais déjà eu a chance de feuilleter avant sa sortie le livre de Nina Berman, “An Autobiography of Miss Wish“, mais écouter les explications de cette photographe américaine m’a donné encore plus envie de vous faire découvrir son travail.

Ce livre est la rencontre d’une photographe et d’une femme, qui a décidé de s’appeler Kim une fois arrivée aux Etats-Unis. Les deux femmes se sont rencontrées avant par hasard dans les rues de Londres, alors que Kim avait un autre nom et était encore adolescente. Kim est une rescapée d’un trafic sexuel et d’un réseau de pédopornographie.

Nina Berman a documenté sa vie pendant plus de 25 ans. Une vie dure, faite d’errance, de toxicomanie, de solitude. Les souvenirs traumatisants de Kim, de son enfance, sont retranscrits dans le livre sous la forme de dessins. Au fil des pages, on découvre également des documents de la vie de Kim, comme des comptes-rendus médicaux écrits par des professionnels, qui l’ont rencontrée.

On retrouve également des correspondances entre les deux femmes (sous la forme de textos ou de lettres), qui ont lié une amitié très forte. Leur complicité se lit d’autant mieux dans les vidéos que la documentariste a réalisées, en plus de son travail photographique et que je vous conseille vivement d’aller voir pour “rencontrer” Kim d’une autre manière.

Je vous en parle ici :

Vous pouvez acheter le livre sur le site de Noor. 

Légende de l’image en une : “Kim’s first apartment, a one room, shared bathroom in west midtown on west 38street. It was a harm reduction center where everyone had HIV. When someone died, a little symbol would be placed on the door. It was during this time I wrote Kim’s mom and thought she should go back to England. I thought she would die.” Photo : Nina Berman / Agence Noor.

Share: