Je vous invite à regarder cette semaine un documentaire bouleversant : “La Vie après le suicide d’un proche”, de Katia Chapoutier. Le film, qui sera diffusé sur France 5 ce mercredi 17 janvier, est déjà disponible en intégralité sur le site de Télérama
Malgré la lourdeur du sujet et les faits terribles rapportés par les personnes qui ont accepté d’en parler face caméra, ce documentaire évite de tomber dans le piège du pathos (qui l’aurait rendu impossible à regarder) en tentant plutôt d’expliquer le processus de reconstruction suite au suicide d’un proche.
Ces familles endeuillées racontent la découverte de l’événement tragique, leurs premières réactions, comment cette perte peut impacter la relation de couple (pour les parents dont la fille s’est suicidée), l’envie de mourir qui s’ensuit parfois, l’insécurite car désormais tout peut arriver, la culpabilité, l’incompréhension… Et surtout, lorsque le suicide arrive, les proches sont d’abord dans un état de stupéfaction car pour eux, ce genre de chose n’arrive qu’aux autres. Le suicide, c’est pour les gens qui vont très mal : “Je n’avais jamais imaginé que cela puisse arriver à ma propre famille.”
Une femme raconte la perte de sa soeur : « En 2006, ma sœur a mis fin à ses jours à l’âge de 46 ans. Elle était belle, elle était bonne vivante, elle aimait boire, manger, partager, elle avait des projets. Elle était médecin, avait 5 enfants. »
Chaque histoire est unique mais la douleur revêt des similarités, au fil des différents récits. Tous les protagonistes ont du trouvé un moyen de survivre après cette épreuve. Une maman a écouté la musique de sa fille disparue, a senti ses vêtements pendant des mois pour la faire revivre. Un papa a écrit pendant plus de deux ans à sa fille partie trop tôt. Le film ne laisse place à aucun jugement : la documentariste n’est ici qu’écoute bienveillante.
Un film important car le suicide, dans les familles, fait peur à l’entourrage, et devient souvent un sujet tabou, tant et si bien qu’il est rare qu’on en parle vraiment. Le documentaire souligne encore que l’idée selon laquelle une personne qui annonce son envie de mourir ne passera pas à l’acte, est fausse, comme le montre l’histoire de ce fils qui a prévenu sa famille un an avant son passage à l’acte.

Le film rappelle qu’une étude de l’Observatoire national du suicide estime qu’une personne sera confrontée, dans une période de quarante ans, au décès par suicide d’une à trois personnes de son entourage immédiat. Plus de 10 000 personnes se suicident chaque année en France.

Share: