De Mobutu à Beyoncé, par Emilie Régnier

Emilie Régnier présente l’exposition « De Mobutu à Beyoncé » au Bronx Documentary Center, jusqu’au 4 juin prochain. La photographe  d’origine haïtienne et canadienne propose deux séries photographiques sur la symbolique du léopard et l’influence de pop stars américaines comme Beyoncé et Rihanna sur la mode des femmes en Côte d’Ivoire. 

Sa première série  intitulée « Hair » a été réalisée en 2014 en Côte d’Ivoire : elle traite de la beauté et principalement de la coiffure. Emilie Régnier a cherché à comprendre comment les femmes ivoiriennes utilisent le postiche et comment elles ont pris comme références de mode des artistes américaines comme Beyoncé et Rihanna.

Brigitte Adjoua, Abidjan, 2014

Emilie Régnier est née au canada d’un père haïtien et d’une mère québécoise, et a grandi au Gabon, avant de vivre au Sénégal. Elle était basée en Afrique de l’Ouest jusqu’en 2016 et vit actuellement à Paris.

A sept ans, son grand-père lui offre un Polaroid. Pendant ses études, elle étudie les arts visuels, les sciences humaines, politiques, anthropologiques, la philosophie, l’histoire puis elle quitte tout pour devenir scaphandrière… avant de réaliser qu’elle est claustrophobe. Retour à l’école : elle entre dans une école de photographie, avec un parcours assez classique de photojournaliste. Comme beaucoup, elle rêve depuis l’adolescence de devenir photographe de guerre :

« A un moment, j’ai réalisé que je n’étais pas faite pour ce métier. J’ai eu envie de photographier des gens que je trouvais beaux. Au départ, cela ne faisait partie d’aucune démarche. J’avais juste la volonté de me réapproprier la photographie, en prenant en photo des choses belles et légères », explique la photographe, rencontrée à Paris en mai 2017, à la Colonie à Paris.

Abiba Yalupé, Abidjan, 2014

Au début, elle travaille sur un thème extrêmement tabou : le blanchiment de la peau. Mais les femmes qu’elle rencontre ne souhaitent pas aborder ce sujet. Elle se rend dans des salons de coiffure à Abidjan et tombe un jour sur une série extraordinaire : des portraits de coiffures de femmes, tamponnés avec le nom et le numéro de téléphone du photographe. Elle découvre alors un « clan » de photographes ivoiriens qui travaillent en pellicule et revendent leurs photos dans des salons de coiffures comme « book » ou aux femmes sur les marchés pour qu’elles puissent demander aux coiffeurs ensuite tel ou tel type de coiffure.

DES HOMMES ET DES FEMMES LÉOPARD

« Larry a vu tellement d’inhumanité de l’homme envers l’homme, qu’il a eu envie de quitter la race humaine. Il est devenu un ‘homme Léopard‘. » 

Sa deuxième série baptisée « Leopard » interroge la symbolique de l’imprimé léopard avec une série de portraits de personnalités très diverses qui se sont emparées du léopard, dans leur quotidien.

Samuel Weidi, Kinshasa, 2016

« Avant d’être anobli, le léopard était un tissu qui sexualisait la femme, réduite alors à l’érotisme. Si une femme porte du léopard, on pouvait penser « sexe », « femme de petite vertu », il y avait un prisme réducteur. Aujourd’hui, j’ai l’impression que tout le monde peut en porter. On retrouve cet imprimé chaque année dans toutes les collections de mode. Le léopard a quelque chose d’intemporel, est porté par toutes les classes sociales, de façon vulgaire ou élégante. Mobutu était surnommé le « Léopard de Kinshasa » : il montrait sa victoire sur ses ennemis en en portant. » Emilie Régnier

Abby Nouze, Clermont-Ferrand, 2016

Dans le cadre de cette série, Emilie rencontre aussi une pin up qui aime faire les photographies dans l’esprit de Dita Von Teese… et porte du léopard.

Arielle Dombasle accepte également de se prêter au jeu en portant ses propres vêtements :  « C’est intéressant avec Arielle car elle milite pour une association qui défend les animaux et donc ne porte jamais de vraie fourrure. En dehors des chefs de tribu et de quelques rares personnes, les gens ne portent que des imprimés, » conclut Emilie Régnier.

Arielle Dombasle, Paris, 2016
Photographed at the Musée de la Chasse et de la Nature, Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s