L’agence Noor : 10 ans après, toujours le poing levé

Un photographe récompensé au World Press Photo, une vente spéciale pour les 10 ans, des projets éducatifs… L’agence Noor ne manque pas dynamisme en ce début 2017. Dix ans après sa création, l’agence de photojournalisme n’a rien perdu de son engagement. 

Hellen, 41 ans, vit avec des problèmes de santé mentales. Photo : Robin Hammond / NOOR. Second prix, World Press Photo, catégorie "Portrait".

Hellen, 41 ans, vit avec des problèmes de santé mentales. Photo : Robin Hammond / NOOR. Second prix, World Press Photo, catégorie « Portrait ».

Cette semaine, le World Press Photo a récompensé l’un des membres de l’agence Noor : le photojournaliste Robin Hammond a reçu le second prix dans la catégorie « Portrait » pour son reportage sur les maladies mentales. Ce photojournaliste est parti du constat, il y a quelques années, qu’un être humain sur quatre sera confronté, à un moment de sa vie, à un problème de santé mentale. Or, ce n’est pas la même chose que l’on soit en Afrique ou aux Etats-Unis. Un jour, alors qu’il était en reportage au Soudan, il a croisé des passants qui erraient au bord de la route. « Que faites-vous de vos malades ? », a demandé Robin Hammond. « On les fout en taule », a répondu son interlocuteur…  L’alcoolisme en Russie, le vieillissement de la population au Japon, Alzheimer en Europe… Robin Hammond veut montrer le traitement de ces différentes maladies dans les différents pays du globe. Pour l’instant, il a déjà effectué ce travail dans six ou sept pays, mais il ne compte pas s’arrêter là : il veut continuer ses recherches partout dans le monde. Son travail sur l’Afrique a été publié dans un livre Condemned. Invité en 2013 par l’association Parole de Photographes, il détaillait son travail lors d’une conférence :

Le directeur de l’agence Noor, Clément Saccomani, présent à la cérémonie du World Press Photo en ce début de semaine, est ravi de cette récompense : « Robin est très engagé, c’est un militant. Pour lui, la  photographie est un moyen pour changer le monde. » Et c’est d’ailleurs la marque de fabrique de tous les photographes de l’agence, ce qu’ils ont voulu rappeler avec le projet #RESIST.

RÉSISTER AUJOURD’HUI PLUS QUE JAMAIS

Clément Saccomani et les autres membres de l’agence se sont réunis en assemblée générale au Maroc récemment, pour réfléchir aux 10 ans de l’agence : « Il y a eu une volonté collective de réaffirmer les principes sur lesquels repose la naissance de l’agence, d’autant plus aujourd’hui, face à la montée du totalitarisme, du populisme… Avec Trump, la défense des causes LGBT ou le combat contre les violences faites aux femmes, la lutte contre le racisme, sont menacés. À la création de Noor, les membres avaient écrit un manifeste. Dix ans après, qu’en reste-t-il ? Est-ce que nos actions correspondent toujours à ce texte ? La photographie est notre forme de résistance. Chaque photographe a fait un choix dans ces archives pour trouver ce qui était symbolique de sa propre résistance. »

USA, Chicago, 2012 'A fundamental concern for others in our individual and community lives would go a long way in making the world the better place we so passionately dreamt of.' - Nelson Mandela 'While this picture is subdued - the subjects of the photograph were anything but subdued. Each man represented a passion for humanity that was unbridled and displayed through their ultimate sacrifice that heart, ideals and a willingness to put your life on the line for a cause is what a human life is to be measured by.' - Jon Lowenstein Jon Lowenstein / NOOR

SOS South Side, USA, 2012 | RESIST by Jon Lowenstein / NOOR

Where Love is Illegal, Russia, 2014 | RESIST by Robin Hammond / NOOR

Where Love is Illegal, Russia, 2014 | RESIST by Robin Hammond / NOOR

Ces 13 images sont en vente pendant 10 jours et jusqu’à demain 23h59, au prix de 100 euros chacune, en format 15 x 15 cm. Chaque tirage est signé. La moité des fonds récoltés sera donnée au Center for Constitutional Rights, une organisation américaine qui lutte pour la défense des droits humains. Prochainement, l’agence exposera 13 grands tirages de deux mètres de long en plein air, à Mulhouse, de mars à avril. « Chaque photographe va éditer les photos d’un autre. Il y a aussi l’idée de partage, pour découvrir le regard et la sensibilité des autres« , précise Clément Saccomani.

UN NOUVEAU DIPLÔME DE PHOTOJOURNALISME

Noor, c’est aussi une fondation basée à Amsterdam, dont l’objectif est la promotion de la photographie documentaire. Ils n’hésitent pas à réaliser des workshops partout dans le monde et surtout là où c’est plus rarement organisé : en Afrique du Sud, au Kazakhstan, en Tunisie, en Inde… Grâce à leur partenariat avec Nikon, Noor organise quatre workshops gratuits (ce qui est assez rare pour être souligné) par an, à Berlin, Amsterdam, Manchester et Paris. Qui peut y participer ? Tout photographe de moins de 35 ans, muni d’une lettre de motivation et d’un portfolio. Les candidats sont ensuite sélectionnés sur dossier.

« Le but de cette fondation, c’est d’aider le plus grand nombre, souligne le directeur de l’agence. L’éducation est l’une de nos priorités. À Amsterdam, on a une sorte de tradition du photojournalisme, ce que les anglo-saxon appellent le storytelling. On a pensé que cela ferait sens de créer un diplôme international sur le long terme. » Clément Saccomani

photodiploma_1200x630

L’agence Noor s’est alors rapprochée de la Danish School of Media Journalism ainsi que du World Press Photo et ensemble ils ont mis en place, entre les Pays-Bas et le Danemark, ce nouveau diplôme de photojournalisme, dont le premier module débutera en août prochain. Il est encore temps de candidater pour ce programme qui s’étale sur trois ans et dont le coût est d’environ 2000 euros par an. Tous les photographes de l’agence effectueront des workshops, au rythme d’un par mois. Ce qu’on y apprendra ?

« Comment monter un projet de A à Z, faire des prises de vue, éditer une histoire, écrire un pitch, un synopsis, réaliser un projet multimédia, un livre, chercher des bourses, des financements… Mais aussi établir un devis, rédiger un contrat. Beaucoup de photographes se font arnaquer sur leurs cessions de droits ! On leur apprendra aussi comment se protéger juridiquement lorsqu’ils couvrent des zones de conflits. En bref, comment tu deviens photojournaliste. Comment tu deviens un raconteur d’histoires, » conclut Clément Saccomani. 

The Boxer, Afghanistan, 2012 | RESIST by Andrea Bruce / NOOR

The Boxer, Afghanistan, 2012 | RESIST by Andrea Bruce / NOOR

F*ck the KKK, USA, 1990 | RESIST by Nina Berman / NOOR

F*ck the KKK, USA, 1990 | RESIST by Nina Berman / NOOR

Samba, Brazil, 2009 | RESIST by Sebastian Liste / NOOR

Samba, Brazil, 2009 | RESIST by Sebastian Liste / NOOR

Red scarf of a Soviet Union Youth Pioneer, Chechnya, 2013 | RESIST by Stanley Greene / NOOR

Red scarf of a Soviet Union Youth Pioneer, Chechnya, 2013 | RESIST by Stanley Greene / NOOR

Photographing, a form of resistance | RESIST by Francesco Zizola / NOOR

Photographing, a form of resistance | RESIST by Francesco Zizola / NOOR

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s