Le FBI a lancé le 23 juillet dernier une campagne pour sensibiliser les entreprises américaines au danger de l’espionnage économique, c’est-à-dire au vol des secrets d’une entreprise en faveur d’un gouvernement étranger. Un film de 35 minutes, intitulé The Compagny Man : Protecting America’s Secrets, retrace une histoire inspirée de faits réels : l’affaire de Pittsburgh Corning, une entreprise spécialisée dans la fabrication d’isolants thermiques en verre cellulaire pour bâtiment et industrie, qui va servir d’exemple.

Cette entreprise a été la cible d’acteurs chinois qui ont diffusé une fausse offre d’emploi pour proposer à un employé de la société, de leur fournir des documents confidentiels sur les produits utilisés, en échanges de 100 000 dollars. L’employé en fait part à ses dirigeants, qui alerte le FBI et ensemble, ils montent un piège pour arrêter et poursuivre les deux acteurs étrangers. Au moment de l’échange “argent contre documents”, dans une chambre d’hôtel, caméra de surveillance à l’appui, le FBI procède à l’arrestation des coupables, pris en flagrant délit. Une vidéo que le FBI a bien pris soin de diffuser.

Le film de sensibilisation du FBI :

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=Gy_6HwujAtU]

La vraie vidéo d’arrestation des coupables de vol économique contre Pittsburgh Corning :

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=aIzKI2U5UV8]

Les conséquences économiques, pour les entreprises d’un vol commercial ? Une perte de revenus, d’emplois, une atteinte à la réputation, une perte d’investissement pour la R&D, l’interruption de la production, voire même parfois, la faillite. Le FBI rappelle que l’espionnage économique coûte des milliards, chaque année, à l’économie américaine, et met en danger la sécurité nationale. Et cette menace, qui a toujours existé, est croissante et de plus en plus sophistiquée dans ses approches : repérage sur les réseaux sociaux (LinkedIn, Facebook) des employés d’une entreprise, tentative de joint-venture, chasseurs de tête chargés d’évaluer les employés qui pourraient avoir envie de quitter l’entreprise, intrusion dans des ordinateurs notamment via des clés USB, corruption d’employés, fausse offre d’emploi sur des sites d’annonces légaux…

Selon une enquête du FBI sur 165 entreprises, la moitié a déclaré avoir été victime d’espionnages industriels et pour 95{aa800cd59a8e126a9c87cbda5ee1ecafe3daff93897672955994b8587645c0a2}, la Chine a été suspectée. Les grandes entreprises ou celles détenant des informations sensibles ne sont plus les seuls victimes potentiels : ces vols visent de plus en plus toute entreprise ayant fabriqué un produit, ou ayant breveté une idée. En mai dernier, par exemple, un groupe de six personnes dont des universitaires chinois, ont été accusés d’espionnage économique et de vol de secrets commerciaux, qui devaient bénéficier à des universités et des sociétés contrôlées par la République Populaire de Chine. Les faits remontaient à 2006 : les vols visaient les secrets commerciaux d’Avago (Californie) et de Skyworks (Massachusetts), pour leurs technologies dites « FBAR » utilisées dans les téléphones portables pour filtrer les signaux et accroître leur performance. Leur objectif ? « Déplacer Avago en Chine », selon l’un des accusés, peut-on lire dans l’acte d’inculpation.

>> Relire : Li li Whuang, une étudiante chinoise soupçonnée d’espionnage industriel et condamnée pour abus de confiance

Share: