Bernard Cheynel, des armes, des filles et des deals

Intermédiaire indépendant en contrat d’armement, Bernard Cheynel tombe le masque et dévoile ses ficelles. 

« J’aime transgresser », débute le septuagénaire, l’oeil gourmand. S’il a pour habitude de discuter avec les journalistes, Bernard Cheynel leur glisse d’ordinaire des précisions géopolitiques sur un pays qu’il connaît bien ou encore les contrats qui se préparent. Aujourd’hui, l’homme d’affaires s’épanche sur sa carrière, mais pas seulement. Bernard est devenu bavard, contant à l’envie son lot d’épisodes rocambolesques. De sa princesse qui lui ouvre les portes de la diplomatie parallèle, à la réputation de personnage ambigü qu’il s’est forgée à Deauville en passant par ses premières ventes d’hélicoptères à six chiffres… Cheynel campe l’assurance d’un homme revenu de tout. Plus rien à perdre, ni à cacher. Resté discret pendant ses longues années de mise en relation entre hauts fonctionnaires de la Défense et fabricants d’armes, Bernard souhaite-t-il désormais régler ses comptes ?

Lire la suite de ce portrait sur Bakchich

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s