Voici une belle initiative, en ce début d’année : un nouvelle newsletter spécialisée dans les thématiques cyberespace & cybersécurité, publiée chaque dernier vendredi du mois et disponible en ligne.

Cette newsletter mensuelle s’adresse à une communauté ciblée et est construite sur un modèle collaboratif, s’inspirant d’une démarche open source et dans le souci d’un partage de connaissances.” Le projet est né dans la tête de Stéphane Leroy, qui a réuni, dans un premier temps, une petite poignée de passionnés (@morganhotonnier, @evematringe, @leroycyber, @ncaproni, @blog_e_sphere, @comptoirsecu, @MDuqn), poignée qui devrait s’agrandir, au cours des prochains mois.

Si le projet et les articles vous plaisent, n’hésitez pas à faire tourner la War Ram autour de vous, par mail, sur clés (sécurisées !), sur papier, via les réseaux ou sous le manteau. Voici l’esprit, en quelques mots (cet édito est à retrouver dans ce premier numéro qui, je l’espère, deviendra collector) :

War Ram.
Deux mots.

War pour guerre. Dans le cyberespace, nous y serions presque. Certes pas la guerre traditionnelle et déclarée des États qui s’affrontent sur un champ de bataille. Celle qui nous intéresse est “multiscalaire“, rime avec bits et s’écrit en lignes de code.
Ram pour Random Access Memory. Le terme ne renvoie pas qu’à l’excellent album des Daft Punk, il évoque surtout les forces vives d’un ordinateur, le nerf de la guerre informatique.

Mis ensemble, ces deux termes rappellent par homophonie les célèbres “War Rooms” de Churchill, où l’information stratégique la plus importante était agrégée en un lieu.
L’ambition de ce projet de Newsletter est de s’inspirer de cette initiative. En une maxime : centraliser au sein d’une lettre mensuelle la « substantifique moelle » des sphères cyberdéfense/cybersécurité.

Le « champ de bataille » numérique qui s’ouvre aujourd’hui est au croisement de la sécurité informatique, de la cyberdéfense, du droit et de la technologie. Cette complexité appelle au plus grand des discernements.

Car le théâtre et son périmètre sont incertains, ses acteurs nombreux et parfois difficiles à identifier : entreprises, hackers, crackers, Etats, universitaires…
Lever le voile, c’est ce que vous proposent les contributeurs de la War R@m à travers quatre catégories distinctes :

  •  Les Experts : Contribution d’un expert du cyberespace sur une problématique donnée.
  •  360° : Une veille globale sur la cybersécurité/cyberdéfense et les infrastructures.
  •  Out-of-the-box : Contribution d’un expert qui sort du cadre “classique” de la cybersécurité : professeurs d’université, doctorants, hackers…
  •  Pimp my Opsec : Une analyse pointue d’une faille de sécurité ou de mesures à prendre pour qu’elle ne se reproduise pas !

Puisse cette première « Ram » d’infos vous apporter une meilleure compréhension de ce qui se passe sous les circuits du cyberespace…

Follow the white Rabbit.”

[slideshare id=30398263&style=border: 1px solid #CCC; border-width: 1px 1px 0; margin-bottom: 5px; max-width: 100%;&sc=no]
Share: