Quand Depardon était reporter

Le 5 juillet 1972 à Munich, un commando palestinien de l’organisation terroriste Septembre noir pénètre dans le village olympique, investit le pavillon d’Israël, tue l’entraîneur des lutteurs et un haltérophile, et prend neuf autres membres de la délégation israélienne en otages. Lors de l’assaut donné par la police allemande à l’aéroport de Fürstenfeldbruck, les neuf otages seront tués. Le deuil s’abat sur le mouvement olympique, mais, selon la volonté d’Avery Brundage, président de C.I.O. (Comité International Olympique), on décide que les Jeux doivent continuer et, après une cérémonie funèbre tenue le lendemain, les épreuves sportives reprennent.

Pendant la prise d’otage, deux clichés célèbres sont pris. En effet, les sportifs étaient retenus dans une chambre. A un moment, un des terroristes, le Palestinien Abou Daoud, cerveau de la prise d’otages, sort sur le balcon, cagoule sur la tête.

>> Lire la suite de l’article sur Rencontre Photographique.

Une réflexion sur “Quand Depardon était reporter

  1. Pingback: Pierre Boulat : la haute couture dans la rue | Journaleuse - Le blog de Margaux Duquesne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s