Pour qui roulent les journalistes ?

La semaine dernière, j’ai assisté à une conférence qui m’a marquée et fait sourire. Elle avait pour thème « Qui sont les journalistes ? ». Jean-Jacques Cros, qui a passé la plus grande partie de sa carrière à la rédaction régionale de France 3 Ile-de-France, est également auteur des ouvrages Le journalisme pour les Nuls, et plus récemment Médias, la grande illusion. D’accord ou pas avec ce qui va suivre, espérons que ces questions fassent réfléchir !

Jean-Jacques Cros a commencé par raconter deux anecdotes pour souligner l’image qu’a le public des journalistes :

97823501341231ère anecdote

Une femme appelle à France 3 pour se plaindre d’un programme : « C’est scandaleux votre émission ! ». On lui explique que l’émission en question était en fait diffusée… sur TF1. La téléspectatrice en colère répond sèchement : « Passez-les moi ! »

Conclusion : « La télévision » n’est pas un groupement de professionnels unique et uniforme, travaillant pour le même groupe. Tout comme les journalistes ne constituent pas un corps de métier homogène…

2ème anecdote

Une personne me disait « Hier, je regardais l’émission d’Ardisson : il est arrogant, vulgaire, c’est horrible ». Très bien mais alors : pourquoi regardez-vous ? Nombreux sont les gens qui disent avoir regardé un programme « nul » à la télévision.

Un téléspectateur mécontent reste un téléspectateur !

Quand on demande aux téléspectateurs la chaîne qu’ils préfèrent, ils répondent très souvent Arte. Or, dans les chiffres, on voit bien que TF1 a plus d’audience qu’Arte !

Conclusion : les gens ne regardent pas ce qu’ils aiment. Et ils regardent ce qu’ils détestent.

Quel est l’objectif d’un patron de chaîne de télévision ?

Faire de l’argent. Ainsi, son but va être d’attirer les publicitaires et, entre chaque spot, de proposer des programmes qui puissent « garder » le public, et le rendre « disponible ». Rappelons ici cette fameuse citation de l’ancien PDG de TF1 Patrick Le Lay, publiée dans son livre Les dirigeants face au changement, avec son fameux « temps de cerveau disponible » :

Les programmes de télévision sont imaginés avec un objectif clair : faire de l’audimat pour un minimum de budget. Ainsi, les émissions de talk show sont parfaites ! C à vous ne paye par exemple aucun des participants au débat. Et chez Ruquier, seuls les chroniqueurs et le présentateur sont payés, dans les participants. Tout comme chez Taddéi ! Ces émissions sont du pain béni pour les chaînes de télévision.

Enfin, pourquoi essayer de faire des émissions de qualité qui demanderaient plus de dépenses si les gens se satisfont de programme « bas de gamme » ? Autrement dit :

« Pourquoi faire de la gastronomie si les gens aiment manger de la merde ? », explique Jean-Jacque Cros.

Qui sont les journalistes ?

Ben oui, c’est vrai ça, qui sont ces journalistes que tout le monde aime tant détester ? Pour le savoir, il faut s’en référer à la seule définition qui existe : celle du code du travail.

« Est journaliste professionnel toute personne qui a pour activité principale, régulière et rétribuée l’exercice de sa profession dans une ou plusieurs entreprises de presse, publications quotidiennes et périodiques ou agences de presse et qui en tire le principal de ses ressources. »

« activité principale » : le journaliste peut donc, contrairement à bien d’autres professions, exercer d’autres activités. Les « ménages » sont par exemple, comme le rappelle Acrimed, des « prestation (rémunérées) de journalistes qui mettent leur notoriété au service de l’animation de débats en tous genres. » (Voir, sur ce sujet, l’excellent documentaire Les nouveaux chiens de garde, de Yannick Kergoat et Gilles Balbastre).

Cette définition montre bien aussi qu’en fait, il n’y a aucune obligation de diplôme pour ce métier, et que tout le monde peut devenir journaliste, à un moment de sa vie. Il suffit juste qu’il arrive à se faire payer en tant que tel. Le statut de journaliste apporte l’avantage d’une défiscalisation d’environ 7500 euros. Les journalistes, qui fustigent à longueur de pages les niches fiscales, en ont bien une aussi qu’ils se gardent bien de remettre en cause !

Pour qui travaille le journaliste ?

Les lecteurs, téléspectateurs, auditeurs ? Les annonceurs, investisseurs, services marketing du journal ? L’argent et la peur ? Les valeurs qu’ils défendent ? L’audience ? Leurs médias ?

Non, pour Jean-Jacques Cros, la réalité est bienplus pragmatique que cela. Nul n’est besoin de faire ici une longue tirade pour expliquer la situation de précarité immense dans laquelle se sont empêtrés les journalistes en choisissant ce beau métier. Le journaliste, le plus souvent « pigiste », se retrouve donc à devoir « se vendre » à qui veut bien écouter les sujets qu’il a proposés. Certains sont appelés épisodiquement, d’autres plus régulièrement, mais pas trop non plus sinon il faudrait le régulariser ! À quoi peut bien penser le journaliste en écrivant son papier, se demande Jean-Jacques :

« Les journalistes écrivent pour leur pairs, car ce sont ces derniers qui pourront leur permettre d’exercer leur travail ! »

Imaginez que vous écriviez un papier très pertinent sur François Bayrou. Le papier n’aura, semble-t-il, qu’un succès très restreint du point de vue du lectorat, car le citoyen s’intéresse peu à cet homme politique, en ce moment. Mais qui reconnaîtra la vraie valeur de ce papier ? Plus probablement le rédacteur en chef politique d’un média concurrent, par exemple ! Il se souviendra, lui, de votre papier sur Bayrou, alors que pour le commun des mortels, ce papier aura été aussi vite lu qu’oublié…

« Les journalistes sont très critiqués par le public sur la manière de faire leur travail. Pourtant, le journaliste pense lui bien faire son travail ! », rappelle Jean-Jacques Cros. Si un rédacteur en chef d’un JT demande à l’un des JRI de ramener un sujet en urgence pour le JT de 13h, le journaliste va courir faire son sujet, en moins de deux heures. Quand à 13h05 son sujet passera à l’antenne, il se dira « banco, j’ai rempli ma mission ». On peut pourtant douter qu’en l’espace de moins de deux heures, aller-retour-montage compris, le sujet puisse être d’excellente qualité. Ah sinon, il existe une charte d’éthique des journalistes, on est heureux de l’apprendre. Par contre, on n’a encore jamais vu un journaliste se faire rappeler à l’ordre par ses pairs, charte à l’appui. Il faut dire que critiquer ses confrères,  ce n’est pas la meilleure des choses pour évoluer dans le milieu ! (si vous avez suivi le point précédent, vous comprendrez pourquoi peu de journalistes s’y attaquent…). Comme Jean-Jacques Cros, la plupart des confrères préfère donc attendre la fin de leur carrière… pour le grand déballage.

Margaux Duquesne

About these ads

4 réflexions sur “Pour qui roulent les journalistes ?

  1. Pingback: Cette photo de Sarkozy qui fait bloguer | Les Coulisses de Juan

  2. Un journaliste devrait travailler pour la recherche de la « vérité », en tout cas essayer de s’en rapprocher le plus possible. Le problème, c’est que parfois ce travail peut ne pas plaire à certains de ses lecteurs, annonceurs, ou employeurs.
    Pourquoi par exemple y a-t-il peu de journalistes qui sortent des affaires sensibles comme le fait Mediapart (Karachi, Kadhafi, Bettencourt, Woerth, Cahuzac..). Pourquoi n’y at-il pas plus de journalistes qui s’intéressent au 11/9 ? http://www.dailymotion.com/video/xaj5ek

  3. Personnellement , je regarde #Arte et sourtout les Thema !
    Que je signale sur Twitter ! Au niveau des infos toujours #Fr24 (les observateurs ) ou #Euronews ! Sinon ! Je vis ma vie ! Effectivement les autres chaînes sont intellectuellement très pauvres ! Je n’accuse pas les journalistes mais les « programmeur » d’émission ! Si tous se plaignent de ces chaînes ! Que celles ci revoient le niveau de leur programmes ! Là , tous pourrons juger de la part de cerveau intelligemement disponible chez les téléspectateurs !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s